Les Baleines célestes – Élodie Serrano

À l’heure où je publie cet article, le roman dont je vais vous parler n’est pas encore publié… J’ai profité d’une prévente le jour de Noël dernier pour mettre la main sur ce texte en avant-première !

Alerte, une couverture magnifique s’est échappée !

Dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire Francophone (ou PIF), j’espérais lire au moins trois livres en trois mois, avec mon quotidien un peu surchargé cette année, mais j’ai déjà dépassé mon quota et suis en passe de le doubler ! Je vais donc publier mes retours de lecture de manière plus rapprochée, pour ne pas transformer ce blog en blog de lecture d’ici au mois de juin 🙂

L’HISTOIRE DERRIÈRE L’HISTOIRE

Comme je vous le disais, les Baleines célestes ne sortiront vraiment qu’en fin de cette année, en novembre 2018 pour être précise. Pourtant, le roman a déjà sa fiche sur le site de la maison d’édition, Plume blanche. Il semble que la stratégie commerciale de cette maison, ainsi que son planning de parution préparé très en amont, passe par une mise en vente bien longtemps après que le roman soit fin prêt. (Je ne saisis pas trop l’avantage à procéder ainsi, personnellement, si quelqu’un a une idée, je veux bien qu’il·elle la partage en commentaire).

Tout ça pour dire que les Baleines célestes sont parties en fin d’année dernière vers quelques blogueurs chanceux pour bénéficier d’une chronique bien avant leur sortie.

DE QUOI ÇA PARLE ?

Alors que le navire spatial du Capitaine Alexandra Levisky frôle les frontières de l’univers, personne ne s’attend à ce que la maladresse d’un membre de l’équipage libère une des légendaires Baleines célestes.
Seulement, la gigantesque fuyarde se dirige droit vers le cœur historique de la galaxie, au risque de détruire plusieurs mondes sur son passage…

À lire si vous aimez :

  • les cétacés non conventionnels
  • l’humour
  • les personnages féminins qui n’ont pas les deux pieds dans le même sabot

Vous n’y trouverez pas :

  • une SF cherchant à expliquer la façon dont elle contourne les lois de la physique
  • de véritable « méchant »

MON AVIS

J’ai passé un chouette moment de lecture à bord de l’Éloïse, le vaisseau qui emmène Alexia et son équipage à travers la galaxie, à la poursuite de cette coquine de baleine échappée de sa réserve naturelle.

J’ai juste eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire au démarrage, en raison de son ton très humoristique (qui fait penser à du Terry Pratchett) et de son aspect « light SF » (je ne m’attendais pas à ce type d’histoire et j’aime bien habituellement qu’on m’explique comment on contourne la vitesse limitée de la lumière, pour les communications et voyages très longues distances, par exemple).

Une fois ce cap un peu difficile dépassé, je me suis bien amusée. Je recommande à tous ceux qui veulent se vider la tête avec une aventure rythmée et des personnages bien campés.

PRINTEMPS DE L’IMAGINAIRE FRANCOPHONE

Cette lecture me permet de valider un nouvel objectif du PIF :
9. Lire un livre d’une petite maison d’édition

Et j’enchaîne avec une nouvelle lecture : Les Aériens, de Marie-Catherine Daniel !